HISTOIRE DE LA PROCLAMATION DE L'INDÉPENDANCE VIETNAMIENNE 

 

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux circonstances de la déclaration d’indépendance du Vietnam en 1945

Je tiens à rappeler avant de commencer, que la situation géopolitique dans le monde à cette période est très complexe et varie énormément selon les points de vue (comme toujours en Histoire). 

Afin de simplifier et rendre plus accessible ce moment historique, je ne rentre pas trop dans certains détails et je peux prendre quelquefois quelques raccourcis mais vous trouverez dans la description les sources si vous voulez approfondir le sujet.

Une chose importante: je ne juge pas , je reste objectif et je ne prends aucun parti. Le but est simplement de partager un moment important de l’Histoire du pays qui m’accueille depuis plus de 10 ans.  Mon unique intention est de vous faire découvrir ou redécouvrir à travers cette vidéo un épisode de l’Histoire du Vietnam.

Cette petite introduction étant terminée, passons au vif du sujet.

Depuis 1940, le Japon occupe le Vietnam où la situation est très particulière. Les troupes françaises et japonaises cohabitent. La France a capitulé face à l’Allemagne alors alliée du Japon, et l’Indochine, contrairement à d’autres colonies françaises, se place sous le régime de Vichy et collabore avec les Japonais. Mais cela n’empêche pas les français d’indochine de mettre en place de nombreux réseaux de résistance et d’espionner les Japonais pour le compte des Américains.

Nous sommes en mars 1945, l’Allemagne est en déroute et le régime de Vichy n’existe plus.  Pour les Japonais, les Français n’ont plus rien à faire en Indochine, l’Asie appartient aux Asiatiques. 

Le soir du 9 mars 1945, les japonais lance l’opération “Eigo Sakusen” (appelé par les français “coup de force nippon”) pour mettre fin à cette cohabitation.

Ce soir-là, l’ambassadeur japonais Matsumoto “demande” à l’amiral français Jean Decoux amirale Jean DecouxJEAN DECOUX
5 mai 1884 (Bordeaux) - 21 octobre 1963 (Paris)

Le 25 Juin 1940 Il est nommé gouverneur d'Indochine par le maréchal Petain et prends ses fonction le 20 Juillet en remplacement du gouverneur Georges Catroux. Suite à l'invasion japonaise et conformement aux instructions de Vichy, il collabore avec les Japonais.  Suite au coup de forces japonais le 9 mars 1945 et à son refus de signer un nouvel accord avec les japonais, il sera emprisoner à Loc Ninh jusqu'à la capitulation nippone en septembre 1945.
de faire passer toutes les forces françaises et indochinoises sous son contrôle.

Ce que l’amiral refuse. 

Mais les japonais ont bien préparé leur coup. Ce même soir, dans toute l’Indochine, les représentants de l’autorité française étaient invités par des émissaires japonais à des festivités. Les japonais capturent alors tous les officiels français et dans le même temps lancent une attaque surprise sur les garnisons françaises. En une nuit, le Japon prend le contrôle total de l’Indochine et aurait massacré dans les jours qui suivent plus 3 000 français civils et militaires. Les français sont hors-jeux.

Les jours suivants, le Japon donne l’indépendance au Vietnam tout en le gardant sous son contrôle. Le 11 mars 1945, l’empereur de l’Annam et du Tonkin, Bao Dai L'empereur Boa Daï Bao Dai
22 octobre 1913 (Huê) - 31 juillet 1997 (Paris)

Le prince Nguyen Phu Vinh Thuy a été intronisé le 8 janvier 1926 et abdique le 25 août 1945. Il fût le 13ème et dernier souverain du Vietnam et de la dynastie Nguyen.
dénonce les traités de protectorat conclus avec la France et proclame l’indépendance du Vietnam. Il devient l’empereur du Vietnam, mais pour quelques mois seulement. 

Avec la disparition des forces françaises, les Viet-Minh ont le champ libre et les Etats-Unis entrent en contact avec eux pour les soutenir. Les Américains les fournissent en armes et en matériel. Ils les forment aussi aux armes légères et tactiques.

Le 19 juillet, environ 500 Viet-Minh attaquent un camp japonais dans le Tonkin où sont détenus prisonniers des civils français. Ils les libèrent et escortent certains d’entre eux jusqu’à la frontière chinoise pour les mettre en sécurité.

A la même période, une grande famine ravage le nord du pays. Les Viet-Minh attaquent alors les réserves de riz japonaises pour les rendre aux paysans vietnamiens. La popularité des Viet-Minh ne fait que de grandir auprès du peuple vietnamien.

Début août, la défaite des japonais ne fait plus aucun doute. Les Viet-Minh accélèrent leurs plans par peur du retour des français. Ils prennent petit à petit le contrôle des villes dans tout le pays.

La Seconde Guerre mondiale se termine. Les Allemands ont signé l’armistice le 8 mai et après le largage des deux bombes atomiques les 6 et 9 août, l’empereur japonais annonce le 15 Août 1945 qu’il accepte les termes de la conférence de Potsdam et met ainsi fin à la guerre du Pacifique. 

Suite à cette nouvelle, les Viet-Minh prennent le contrôle des bâtiments publics sous le regard des Japonais.

Le 16 août, les Viet-minh fondent le comité de libération nationale, présidé par Ho Chi Minh Ho Chi Minh HO CHI MINH
19 mai 1890 (Hoang Tru) - 2 septembre 1969 (Hanoï)

Hochi Minh de son véritable nom Nguyen Sinh Cung change plusieurs fois de nom. Dans les année 1900-1910 il est connue sous le nom de Nguyen Tat Thant puis plus tard Nguyen Ai Quoc et enfin Ho Chi Minh.

La révolution d’août est lancée.

Dix jours plus tard, le 25 août 1945, l’empereur Bao Dai abdique au profit des Viet-Minh en disant ces mots “Mieux vaut être citoyen d'un pays indépendant que d'être roi d'un pays esclave”.

La maison au 48 Hang ngang à HanoiLe même jour, Ho Chi Minh, alors plus connu sous le nom de Nguyen Ai Quoc (Nguyen le patriote) tout juste sorti du maquis, arrive discrètement à Hanoï et loge incognito au 48 rue Hang Ngang (il est vraiment passé inaperçu car même le propriétaire de la maison a appris bien plus tard qu’il avait hébergé Ho Chi Minh)

Bien que cette vieille maison de quatre étages, avec une boutique au rez-de-chaussée, soit située dans un quartier très passant , elle a constitué une excellente cachette. En effet, elle avait l’avantage de donner sur deux rues et la possibilité de s’échapper par les toits en cas de danger. Ho Chi Minh y restera jusqu’au 2 Septembre 1945

C’est dans cette maison, qu’il écrit la déclaration d'indépendance du Vietnam. L’histoire raconte qu’un agent américain de l’OSS (Bureau des services stratégiques), le Major Archimède Leonidas Attilio Patti Major Archimede Patti Archimède Leonidas Attilio Patti
21 juillet 2013 (New York) - 23 avril 1998 (Floride)

En Janvier 1944, il rentre au bureau des services stratégiques (OSS) et par pour la chine. En mars 1945 il arrive en Indochine. Les français étant incapables ou pas disposés pour l'aider à monter en réseau de renseignement, il entre en contact avec les Viet-Minh pour cette mission. Il participe aussi à organiser la formation et à équiper les forces armées de la future armée populaire du Vietnam.
lui a rendu visite. Ho Chi Minh lui aurait alors fait lire la déclaration qu’il venait d'écrire.

Discours d'indépendance de Ho Chi Minh sur la place Ba Dinh à HanoiLe même jour que la signature de la reddition japonaise, le 2 Septembre 1945 depuis la place Ba Dinh à Hanoi, Ho Chi Minh lit la déclaration d’indépendance du Vietnam et proclame la naissance de la République Démocratique du Viêtnam. 

Aujourd’hui, cette place s‘appelle la place de l’indépendance et c’est sur cette place que se trouve le mausolée du président du Vietnam, Ho Chi Minh. 

Lors de sa déclaration, Ho Chi Minh espère alors le soutien des américains pour empêcher les français de revenir. Mais Truman ne suivra pas la même politique que son prédécesseur et préférera finalement soutenir la France.

Mais ceci est une autre histoire ...

 

Le Mausolée de Ho Chi Minh sur la place de l'indépendance
Discours de Ho Chi Minh le 2 septembre 1945
Place Ba Dinh vu du ciel

Voici le texte de la Déclaration d’Indépendance lue par le Président Ho Chi Minh le 2 Septembre 1945.

 

« Tous les hommes naissent égaux. Le Créateur nous a donné des droits inviolables, le droit de vivre, le droit d'être libre et le droit de réaliser notre bonheur »

Cette parole immortelle est tirée de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776. Prise dans un sens plus large, cette phrase signifie : Tous les peuples sur la terre sont nés égaux ; tous les peuples ont le droit de vivre, d'être heureux, d'être libres.

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de la Révolution française de 1791 proclame également « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

Ce sont là des vérités indéniables.

Et pourtant, pendant plus de quatre-vingts années, les colonialistes français, abusant du drapeau de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, ont violé notre terre et opprimé nos compatriotes. Leurs actes vont directement à l'encontre des idéaux d'humanité et de justice.

Dans le domaine politique, ils nous ont privés de toutes les libertés.

Ils nous ont imposé des lois inhumaines. Ils ont constitué trois régimes politiques différents dans le Nord, le Centre et le Sud du Vietnam pour détruire notre unité nationale et empêcher l'union de notre peuple.

Ils ont édifié plus de prisons que d'écoles. Ils ont sévi sans merci contre nos patriotes. Ils ont noyé nos révolutions dans des fleuves de sang.

Ils ont jugulé l'opinion publique et pratiqué une politique d'obscurantisme. Ils nous ont imposé l'usage de l'opium et de l'alcool pour affaiblir notre race.

Dans le domaine économique, ils nous ont exploité jusqu'à la moelle, ils ont réduit notre peuple à la plus noire misère et saccagé impitoyablement notre pays.

Ils ont spolié nos rizières, nos forêts, nos mines, nos matières premières. Ils ont détenu le privilège d'émission des billets de banque et le monopole du commerce extérieur.

Ils ont inventé des centaines d'impôts injustifiables, acculé nos compatriotes, surtout les paysans et les commerçants, à l'extrême pauvreté.

Ils ont empêché notre bourgeoisie nationale de prospérer. Ils ont exploité nos ouvriers de la manière la plus barbare.

En automne 1940, quand les fascistes japonais, en vue de combattre les Alliés, ont envahi l'Indochine pour organiser de nouvelles bases de guerre, les colonialistes français se sont rendus à genoux pour leur livrer notre pays.

Depuis, notre peuple sous le double joug japonais et français a été saigné littéralement. Le résultat a été terrifiant. Dans les derniers mois de l'année passée et le début de cette année, du Quang Tri au Nord Vietnam, plus de deux millions de nos compatriotes sont morts de faim.

Le 9 mars dernier, les Japonais désarmèrent les troupes françaises. Les colonialistes français se sont enfuis ou se sont rendus. Ainsi, bien loin de nous « protéger », en l'espace de cinq ans, ils ont par deux fois vendu notre pays aux Japonais.

Avant le 9 mars, à plusieurs reprises, la Ligue Viet Minh a invité les Français à se joindre à elle pour lutter contre les Japonais. Les colonialistes français, au lieu de répondre à cet appel, ont sévi de plus belle contre les partisans du Viet Minh. Lors de leur débandade, ils sont allés jusqu'à assassiner un grand nombre de prisonniers politiques incarcérés à Yen Bai et à Cao Bang.

Malgré tout cela, nos compatriotes ont continué à garder à l'égard des Français une attitude clémente et humaine. Après les événements du 9 mars, la Ligue Viet Minh a aidé de nombreux Français à passer la frontière, en a sauvé d'autres des prisons nippones et a protégé la vie et les biens de tous les Français.

En fait, depuis l'automne de 1940, notre pays a cessé d'être une colonie française pour devenir une possession nippone.

Après la reddition des Japonais, notre peuple tout entier s'est dressé pour reconquérir sa souveraineté  nationale et a fondé la République démocratique du Vietnam.

La vérité est que notre peuple a repris son indépendance des mains des Japonais et non de celles des Français.

Les Français s'enfuient, les Japonais se rendent, l'empereur Bao Dai abdique. Notre peuple a brisé toutes les chaînes qui ont pesé sur nous durant près d'un siècle, pour faire de notre Vietnam un pays indépendant. Notre peuple a, du même coup, renversé le régime monarchique établi depuis des dizaines de siècles, pour fonder la République démocratique.

Pour ces raisons, nous, membres du Gouvernement provisoire, déclarons, au nom du peuple du Vietnam tout entier, nous affranchir complètement de tout rapport colonial avec la France impérialiste, annuler tous les traités que la France a signés au sujet du Vietnam, abolir tous les privilèges que les Français se sont arrogés sur notre territoire.

Tout le peuple du Vietnam, animé d'une même volonté, est déterminé à lutter jusqu'au bout contre toute tentative d'agression de la part des colonialistes français.

Nous sommes convaincus que les Alliés, qui ont reconnu les principes de l'égalité des peuples aux conférences de Téhéran et de San Francisco ne peuvent pas ne pas reconnaître l'indépendance du Vietnam.

Un peuple qui s'est obstinément opposé à la domination française pendant plus de quatre-vingts ans, un peuple qui, durant ces dernières années, s'est résolument rangé du côté des Alliés pour lutter contre le fascisme, ce peuple a le droit d'être libre, ce peuple a le droit d'être indépendant.

Pour ces raisons, nous, membres du Gouvernement provisoire de la république démocratique du Vietnam, proclamons solennellement au monde entier :

Le Vietnam a le droit d'être libre et indépendant et, en fait, est devenu un pays libre et indépendant. Tout le peuple du Vietnam est décidé à mobiliser toutes ses forces spirituelles et matérielles, à sacrifier sa vie et ses biens pour garder son droit à la liberté et à l'indépendance.

Hanoi, le 2 septembre 1945.

Ho Chi Minh, président.



Les Sources:

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir